17/07/2018

Résumé

Babel, dernier bastion de l’humanité, est une cité protégée du monde extérieur par une barrière climatique, où les plus riches s’accaparent toutes les ressources et où les plus pauvres sont condamnés à le rester.

Blue, Mylo, Kolin et Alec, orphelins de la Zone Six – une des Zones les plus défavorisées de Babel –, sont des étoiles montantes du Light Game, un jeu de combat spectaculaire et dangereux où se mêlent illusion et réalité, un jeu qui peut les rendre célèbres…

Alors que leur équipe vient de se qualifier pour le plus important tournoi de Light Game, ils se retrouvent piégés au cœur d’une conspiration qui les dépasse. Et la ville tout entière devient bientôt l’arène où ils devront survivre.

Ballottés sur l’échiquier des puissants, ils ne peuvent compter que sur leur amitié. Mais celle-ci résistera-t-elle aux amours naissants, aux secrets et aux trahisons ?

 

Infos :

Titre : BABEL

Auteur : ABK

Genre : Dystopie

Type : Saga

Date de parution : 15/12/2018

Édition : Autopublication encadrée par Sélène

Point de vente : Amazon et Kobo

Prix : 17€ en broché / 4.99€ en ebook

AUTOUR DE BABEL : 

Un petit mot sur l'auteur

ABK est née en 1988 en Normandie. Grande lectrice, l’envie d’écrire lui est venue très rapidement, même si sa dysorthographie l’a plusieurs fois découragée.

L’idée de Babel est apparue en 2013, mais ce n’est qu’en 2014 qu’elle y met le premier point final alors qu’elle séjourne à Mexico. Un long retravail suivra et finalement c’est grâce à sa seconde aventure,  qu’est l’Agence Sélène, qu’elle fait le grand saut et rencontre son public en 2018.

C'est avec Babel que l'aventure Sélène a débuté. En effet, c'est Aude (co-fondatrice de l’agence) qui a écrit Babel. Ce manuscrit est donc pour l'agence Sélène le début d'une grande aventure, car c’est lorsqu'elle a commencé à le rédiger qu'Aude a eu l'idée de Sélène.  Une agence pour aider les jeunes plumes francophones à percer au milieu des commandes d’éditeurs et des traductions. Babel, comme tous les autres manuscrits reçus, a été lu, critiqué et passé à la moulinette par notre équipe sans aucune pitié, avant d’être retravaillé encore et encore, comme tous les textes que nous avons choisi de défendre.

« Lorsque l'eau rongea les terres et noya plaines et collines sous l'écume et le sel, la guerre éclata. Au nom des dernières ressources, les hommes s'entre-déchirèrent dans un ultime conflit.

Puis, lorsque les belliqueuses – mais si légitimes – raisons qui avaient poussé au massacre ne trouvèrent plus aucun écho, lorsque les derniers hommes regardèrent avec effarement les corps qui recouvraient une terre qui ne voulait plus d'eux, l'instinct de survie se trouva soudainement une morale et un cœur. Et quelques personnes intelligentes tendirent une main généreuse à leurs pairs qui n'eurent d'autre choix que de l'accepter.

Ainsi, unie dans un espoir qui ne devait sa force qu'à la peur de l'extinction, l'humanité fit preuve d'ouverture et de tolérance. Dans un immense effort, elle passa outre les animosités qui l'avaient toujours divisée et construisit Babel, la dernière grande cité des hommes. Ballottée par les éléments et face à un environnement hostile, Babel se développa. Babel la grande ! Notre cité à tous ! Rappelons-nous encore ce soir les désastres de la guerre et laissons le combat aux arènes ! »

Discours du souvenir du Grand Conseiller Fondateur Ernesto Morena lors de l'inauguration du premier tournoi Interzone de Light Game, année 2081.

26e jour du 2e mois, année 2095.

Finale du tournoi Interzone de Light Game, Babel.

Les premières images accompagnées d'une musique conquérante apparurent à l'écran qui couvrait le mur de la riche demeure. Une vue de Babel arracha à l'homme un sourire en coin. Il ne se lasserait jamais d'admirer cette merveilleuse cité.

Il leva son verre, y fit rouler le vin et prit le temps d'en humer le parfum capiteux avant d'en avaler une longue gorgée. Puis il reporta son attention sur le vaste écran de télévision. Il s'assit dans son fauteuil préféré en prenant garde de ne pas froisser son uniforme immaculé.

— Bienvenue à la finale du tournoi Interzone de Light Game !

La dernière syllabe flotta un instant dans l'air avant que le générique d'ouverture des jeux ne soit diffusé, présentant les joueurs qui allaient s'affronter le soir même. Les caméras prirent ensuite le relais, balayant le stade débordant de spectateurs.

En apercevant les tribunes officielles, l'homme sourit. Bientôt il les ferait taire, il étoufferait dans l'œuf leur projet fou. Ils n'étaient pas tous là ce soir, mais cela suffirait pour créer la panique dans leurs rangs. Ensuite, il les tuerait un par un. Ce cafard de Storm et ce Tolmen qui se prenait pour un saint. Maudit Phoenix. Il les réduirait en cendres et leur prouverait qu'on ne peut pas en renaître. Ce soir serait leur dernier.

Il remarqua que le siège qu'on lui avait réservé était vacant et que plusieurs de ses camarades y jetaient un regard inquiet.

Les caméras dévoilèrent la foule compacte qui se pressait dans les gradins. Les supporters étaient en plein délire, agitant des drapeaux et des banderoles, hurlant des chants d'encouragement.

Les joueurs firent leur entrée et les cris de la foule redoublèrent, saluant leurs futurs champions. Mais l'homme n'y prêtait guère attention. Sa main s'était serrée autour de son verre et sa mâchoire se contractait. Il devait en finir ce soir, sinon tout ce qu'ils avaient construit serait mis en péril.

Les idéalistes sont les pires parasites de la société. Cette bande d'idiots n'avait aucune idée de ce qu'ils risquaient de provoquer.

Lorsqu'il regarda à nouveau l'écran, le jeu avait été lancé et les voix des commentateurs éclataient dans une avalanche de tonalités hystériques. Dans un coin de l'écran, une petite fenêtre permettait d'assister à la gestuelle primaire des deux hommes qui couvraient le match avec un professionnalisme tout particulier.

— Cette année, les attaques des joueurs sont vraiment formidables.

— Tout à fait, les codeurs se sont encore dépassés ! Quel spectacle pour les yeux ! C'est pour ça que j'aime autant le tournoi Interzone. Rien de tel que des programmes sur mesure pour garantir un beau spectacle ! Je pense que vous partagez mon avis, Hans ?

Mais Hans était à ses propres analyses, la bouche si proche du micro qu'il manquait de l'avaler à chaque fois qu'il se mettait à hurler ses commentaires avisés tout en métaphores.

— Oh, mon Dieu, regardez ! C'est leur fameuse formation ! On dirait une pointe de flèche dévastatrice, une lance de guerrier, un trident à quatre branches !

Sur le terrain, à quelques mètres en dessous d'eux, les deux équipes se battaient pour la victoire la plus importante de leur carrière de joueurs de Light Game. L'une semblait acculée et deux de ses joueurs étaient déjà à terre, leur jauge de vie virtuelle ayant atteint le zéro.

Les bracelets d'Hololight scintillaient à leurs poignets, leur apportant l'énergie nécessaire pour générer le simulacre de combat qu'ils se livraient.

Flammes, électricité et boules d'énergie traversaient le terrain, s'écrasant sur les boucliers de lumière bleue ou contre les parois du labyrinthe dans lequel évoluaient les deux équipes.

— Et voici le capitaine de l'équipe Athéna !

Le joueur en question à la carrure athlétique exécuta une roulade de côté pour éviter une boule d'énergie qui se brisa au sol dans un flash de lumière. L'homme se releva avec grâce et s'élança vers son adversaire. Il tendit la main et un glaive y apparut, puis, dans un cri, il chargea. Son adversaire généra un bouclier presque transparent contre lequel la lame se heurta. Les chocs provoquaient des oscillations de couleur sur la surface du bouclier. Le capitaine de l'équipe Athéna fit soudain un bond en arrière et, d'un geste de la main, son épée disparut. Avec rapidité, il joignit ses mains devant lui et projeta plusieurs éclairs sur la défense de son adversaire qui vola en éclats.

— Joli ! s'écria Hans.

— Et voici la magnifique Snow !

— Oh, regardez-moi ce saut !

La joueuse en question venait de bondir dans les airs, s'élevant sur plusieurs mètres.

Et alors qu'elle atteignait son apogée, elle tendit un bras en avant et projeta un jet de glace en direction de son adversaire.

— Quelle joueuse hors pair ! On dirait presque qu'elle vole !

La jeune femme atterrit avec souplesse pour se cacher presque aussitôt derrière un bouclier, évitant la boule de flamme générée par son adversaire. Son bouclier clignota, montrant des signes de faiblesse.

— La demoiselle devrait faire attention. Ce genre d'attaques a vite raison des boucliers.

— Tout à fait ! Mieux vaut éviter que parer face à une attaque élémentale !

L'homme devant sa télévision serra de nouveau son verre.

— C'est l'heure, souffla-t-il presque religieusement.

La tribune officielle explosa, emportant avec elle une partie des gradins. Une gerbe de feu souffla sur l'arène, embrasant les cubes qui quadrillaient le terrain et créaient couloirs et intersections. Le dédale, en proie aux flammes, se transforma soudain en un piège redoutable.

Des cris retentirent dans l'arène. Des hurlements de terreur, des plaintes et des sanglots s'élevaient de toutes parts. L'homme assista imperturbable à la fuite des survivants et à celles, parfois désespérées, des blessés qui se traînaient pitoyablement. Des corps plus ou moins reconnaissables jonchaient les gradins pendant que la tribune officielle ne cessait de brûler.

Puis l'écran devint noir.

L'homme attendit alors patiemment que la chaîne d'information prenne le relais. Une jeune femme, visiblement choquée, apparut, micro à la main. L'homme jeta un coup d'œil par la fenêtre et remarqua qu'il s'était mis à neiger. Il trouva ça poétique.

— Je suis en direct de l'arène Interzone où une explosion vient de se produire. Les victimes sont nombreuses et on nous dit que la tribune officielle a été complètement détruite.

Le sourire de l'homme s'agrandit en entendant ces nouvelles. Finalement, le stade revint à l'écran, fumant et encore en proie aux flammes.

— Une bonne chose de faite, dit-il en finissant son verre de vin.

Il se leva. On devait l'attendre pour préparer la déclaration officielle.

Découvrez les chroniques de nos Éclaireurs :

Pour en savoir plus sur Babel et les Éclaireurs, cliquez ici !

ABK | Babel – Yuikobooks & Others

L’intrigue en elle-même est juste démente ! Alors qu’on part dans une direction qui laisse présagée un tournoi de Light Game avec les enjeux qu’ils peuvent en découler, on est très vite embarqué sur une toute autre voie.

Sans pour autant oublier cet aspect Light Game et surtout certains éléments liés à ce jeu qui vont servir de moteur à une intrigue tournant bien plus autour de la politique et des prises de pouvoirs. Et j’ai trouvé ça génial. […]

Lire l’article complet …

Chronique Babel de ABK – Bookflix & Chill

Je me suis plongée dans l’univers ultra riche et original de l’auteure en très peu de temps. Les explications et l’action ne sont pas dissociées du coup pas de lenteurs! On assiste donc à un récit post apocalyptique futuriste avec toutes les technologies qui en découlent avec par exemple l’Hololight.

J’ai trouvé l’idée de 4 orphelins méconnus de tous poussés malgré eux dans des complots politiques, très bien amenée et encore une fois originale.  […]

Lire l’article complet …

CHRONIQUE #29 : BABEL – Elly des Mots

Dans Babel, nous entrons dans un monde qui ne semble pas tellement éloigné du nôtre, mais dans lequel il s’est passé de nombreuses choses. Les icebergs et les oignons ne font plus partie du monde connu de tous (oui, oui c’est important !) et de nouvelles énergies sont utilisés. Un nouveau monde, avec des nouveaux codes. […]

Lire l’article complet…

Babel de ABK – Le Grimoire d’Ena

Ce qui m’a tout de suite interpellé, c’est l’ambiance dans lequel Blue, Kolin, Mylo et Alec ont grandi.

En parlant d’orphelinat, on s’attend au cliché habituel de l’endroit austère, mais ce n’est pas du tout le cas ! A l’inverse, ce lieu est rempli d’amour et de chaleur. La femme qui tient cet endroit, ce nomme mademoiselle Tess et elle m’a tout de suite plu. […]

Lire l’article complet …

#C21- Babel- ABK – Lectrice Indienne

Étant fan de dystopies, j’ai tout de suite accroché au résumé.
La ville de Babel est construite en sept zones. Dans ce monde futuriste, nous suivons un groupe d’orphelins vivant dans la zone six. Ayant grandis ensemble, ces derniers, devenus joueurs de Light Game, s’entraînent en vue d’un tournois. C’est la que l’intrigue commence. […]

Lire l’article complet ….

Babel d’ABK – JustinNouvelle

La première chose que j’ai adoré dans ce roman, ce sont les personnages. Déjà je salue ABK d’avoir réussit à intégrer une aussi grande diversité dans ses personnages. C’est un mélange qui reflète la réalité de notre vie aujourd’hui. Tout le monde n’a pas la même couleur de peau, tout le monde n’a pas les mêmes opinions, tout le monde n’a pas les mêmes préférences quand ça concerne les relations amoureuses. […]

Lire l’article complet…